Notice: Trying to get property of non-object in /home/generatiy/dev/wp-includes/comment-template.php on line 1194
Force de Proposition pour Changer d’Ère | GenerationLibre

Force de Proposition pour Changer d’Ère

« Ne doutez jamais qu’un petit groupe de citoyens engagés et réfléchis puisse changer le monde. En réalité, c’est toujours ce qui s’est passé » Margaret Mead (anthropologue américaine)

Créé en 2013 par Véronique Anger-de-Friberg, fondatrice et rédactrice en chef de la publication en ligne Les Di@logues Stratégiques, et parrainé par les membres de l’ex Groupe des 10, regroupant entre autres Jacques Attali et Michel Rocard, le Forum Changer d’Ere poursuit comme objectif d’ « alerter sur la nécessité d’un changement de paradigme mental et institutionnel ». Présenté comme un « do tank », le Forum Changer d’Ere 2014 a réuni des « personnalités inspirantes » et des citoyens de toutes générations afin de faire émerger une Force de Proposition destinée aux décideurs politiques et économiques et aux leaders d’opinion.

Les propositions émises par les participants au Forum 2014 reposent sur un constat unanime et sans appel : l’échec de nos élites à appréhender le changement qui s’opère au sein de la société. Déconnectés des progrès en marche qui façonnent un nouveau modèle, les décideurs politiques et les medias traditionnels perdent en crédibilité et en légitimité auprès des citoyens. « Les politiques n’ont plus de pouvoir. Ils sont les vaincus du XXIème siècle » (Michel Rocard) et le changement se fait sans eux. Les medias ne répondent plus aux attentes du public et n’ont, pour l’instant, pas su s’adapter à la concurrence du nouveau journalisme indépendant. L’apparition des blogs et autres medias citoyens, se développant grâce au financement participatif, échappe à l’emprise des grands groupes et se constitue en nouveau modèle d’information.

Pour régénérer la vie politique et ancrer ses acteurs dans la réalité, plusieurs propositions ont été émises : entre autres, créer des sites d’échanges adossés aux sites institutionnels, transformer le Sénat et l’Assemblée nationale en assemblées populaires, créer des conseils municipaux de jeunes, etc. La structuration de la société collaborative qui est en train d’émerger doit se faire avec les citoyens et en phase avec la révolution digitale qui est en marche.

L’ère numérique révolutionne notre écosystème dans toutes ses dimensions et doit nous amener à repenser la politique et les relations humaines en conséquence. Comparable à la révolution industrielle par son ampleur, la révolution digitale – en abattant les frontières existantes – crée un changement de paradigme politique : dépassée, la démocratie représentative laisse progressivement place à une « démocratie participative » fondée sur l’économie collaborative.

Cette mutation doit inspirer les nouvelles politiques. Pour encourager l’innovation, juxtaposons au principe de précaution un « principe d’innovation » dans la Constitution et créons des « banques nomades » au service des projets locaux. Pour améliorer l’éducation, privilégions l’enseignement alternatif, le recours à de nouveaux canaux de diffusion (sur le modèle des MOOCs) et apprenons à trier l’information. Pour adapter le partage des connaissances à la révolution numérique, définissons un « droit d’accès » aux données (Open Data) et engageons une campagne de prévention des dérives du système (cybercriminalité). Pour renforcer la productivité, encourageons les systèmes qui privilégient la transversalité, plutôt que les structures pyramidales, et la multiplicité des interactions (journalisme indépendant, co-working…). Dépassées par la société numérique qui émerge, les politiques n’ont d’autres choix que celui de s’adapter.

Enfin, la « co-révolution » en marche appelle à un changement de gouvernance. Face au rejet du politique à l’échelle française et européenne, constaté lors des dernières élections, un nouveau mode de gouvernance basé sur la co-participation en temps réel des citoyens et la « co-régulation citoyenne » doit apparaître. « Une société de liberté et de reprise du pouvoir » (Gilles Babinet), mettant l’individu au cœur du système, doit se substituer au système actuel et mettre fin à la césure entre les résistants au changement et ceux qui en sont les acteurs.

Aucun commentaire.

Vous souhaitez faire un commentaire ?

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

Participer
GenerationLibre

Notice: wp_htmledit_pre est déprécié depuis la version 4.3.0 ! Utilisez format_for_editor() à la place. in /home/generatiy/dev/wp-includes/functions.php on line 3783

Notice: wp_htmledit_pre est déprécié depuis la version 4.3.0 ! Utilisez format_for_editor() à la place. in /home/generatiy/dev/wp-includes/functions.php on line 3783