Notice: Trying to get property of non-object in /home/generatiy/dev/wp-includes/comment-template.php on line 1194
Avanquest, tonneau des Danaïdes technologique de la BPI | GenerationLibre

Avanquest, tonneau des Danaïdes technologique de la BPI

Par Sebastien Laye

Après avoir relevé les sommes financières perdues par l’Etat dans la start-up Viadeo, GenerationLibre analyse aujourd’hui le cas Avanquest. Faisant fi de la situation périlleuse de cette société, les pouvoirs publics multiplient les investissements au capital de cette société technologique.

En 2009, le FSI participe à une augmentation de capital et investit 6 millions d’euros dans cette société cotée en Bourse. Le fonds devient l’un des premier actionnairesL’entreprise s’est, à cette époque, mise en péril par une croissance externe mal contrôlée, les ventes viennent de reculer de 10% et la société affiche deux exercices déficitaires. Fidèle à l’héritage du FSI, la BPI continue pourtant à soutenir le management d’Avanquest en 2012.

Entre 2011 et 2013, les ventes reculent à nouveau de 10% et le résultat net est négatif en 2011, 2012, 2013 (65 millions de pertes) et 2014 à nouveau. Ces pertes ne modifient pas la politique de la BPI qui, en août 2014, soutient une nouvelle augmentation de capital en convertissant ses créances sur la société en fonds propres. La BPI devient ainsi le premier actionnaire de la société (12.7%), devant les dirigeants (12.3%) et les autres fonds d’investissement (ID Invest, EPF).

En 2015, Avanquest sera encore en perte et accumule 25 millions d’euros de dettes à son bilan. Son business model, qui repose sur la recette gagnante des années 90 (vente de logiciels grand public à télécharger…) ne paraît guère adapté à l’ère du cloud. Surtout, force est de reconnaître l’absence d’intérêt stratégique de cette société pour l’high-tech français et le développement de son industrie. Avanquest n’est ni un intérêt stratégique majeur, ni un investissement financier intéressant pour la BPI.

La question se pose de nouveau. Quand la BPI expliquera-t-elle au contribuable les raisons de cet investissement et en sera redevable ? Lors de son premier investissement (via le FSI) en 2009, le cours était à E3 par action. Lorsque la BPI a investi de nouveau dans la société en 2014, il s’était écroulé à E1.3, pour être désormais à E0.67.

La BPI devrait rendre des comptes sur cette double perte de 50% sur la même société.

Aucun commentaire.

Vous souhaitez faire un commentaire ?

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

GenerationLibre

Notice: wp_htmledit_pre est déprécié depuis la version 4.3.0 ! Utilisez format_for_editor() à la place. in /home/generatiy/dev/wp-includes/functions.php on line 3783

Notice: wp_htmledit_pre est déprécié depuis la version 4.3.0 ! Utilisez format_for_editor() à la place. in /home/generatiy/dev/wp-includes/functions.php on line 3783